Butembo : des agronomes de l’Etat formés sur les pratiques agricoles durables adaptées au changement climatique par le SYDIP

Les agronomes de l’Etat et les agents du Conseil Agricole Rurale de Gestion du territoire de Lubero subissent une formation sur les pratiques agricoles durables adaptées au changement climatique. Initiative du Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP) en sigle  cette formation a débuté ce lundi 28 novembre 2022 dans la salle de réunion du Centre d’Accueil Joli Rêve sous la facilitation du Professeur Muhindo Walere Sahani, Expert en gestion des risques naturels et enseignant à l’Université Catholique du Graben.

Les enseignements y relatifs s’inscrivent dans le cadre du projet : « Innovation pour l’adaptation de l’agriculture au changement climatique » exécuté depuis mars 2022 en territoire de Lubero par le SYDIP avec l’appui technique de Welt Hunger Hilfe et le financement du Ministère fédéral allemand de coopération et développement économique BMZ. Dans son mot d’ouverture de travaux, le Responsable Administratif et Financier du SYDIP, Adalard Mutsuva Kivukiro a fait observer la difficulté pour les agronomes de l’Etat d’accéder aux équipements et aux notions sur les stratégies d’atténuation et d’adaptation  au changement climatique. D’où la nécessité pour cette organisation paysanne de les doter de nouvelles techniques à intégrer dans leur prestation en faveur des agriculteurs.

« Nous espérons qu’au terme de ces trois jours d’échanges ardus, les participants seront suffisamment outillés sur les stratégies d’atténuation et d’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole en territoire de Lubero et que les techniques acquises seront sans nul doute intégrées dans leur prestation quotidienne », a-t-il souhaité.

Entre 1960 et 1980, le territoire de Lubero était considéré comme grenier du pays, rappel Josaphat Hangi Mulawa, Expert en gestion intégrée des ressources naturelles au SYDIP faisant remarquer que si la tendance a déjà changé c’est parce que, d’après lui,  les conséquences du changement climatique et de la surexploitation des sols affectent les systèmes de production agricole des paysans qui, malheureusement, ne disposent pas de stratégies efficaces pour adapter leurs méthodes culturales à l’évolution de conditions climatiques. Bien que d’importantes améliorations se soient observées au Nord-Kivu, notamment grâce à l’engagement de certaines organisations de la société civile à promouvoir l’agriculture à petite échelle, Hangi Mulawa est convaincu que ce projet permettra de combler certaines lacunes en ce qui concerne les mesures d’adaptation au changement climatique basées sur le développement de technologies actuelles.

« Le présent projet intitulé : « Innovation pour l’adaptation de l’agriculture au changement climatique dans le territoire de Lubero », vise à combler cette lacune par la diffusion des connaissances et la promotion d’approches innovantes en matière d’adaptation au climat et à prendre pleinement en compte les différents aspects de la production de petites exploitations agricoles dans le cadre du développement et de la diffusion des méthodes agronomiques adaptées », a-t-il affirmé lors de sa prise de parole dans le cadre de l’ouverture des enseignements.    

Le territoire de Lubero connaît une forte densité de la population avec une croissance démographique rapide. Ici, 80% d’habitants tirent l’essentiel de moyen de substance de l’agriculture, et s’ils n’adoptent et ne s’approprient pas les pratiques agro écologiques face au changement climatique, la production agricole continuera de baisser.

Selon des experts, l’agriculture est responsable de 33% des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, dont près de la moitié -14% résultent des pratiques agricoles non durables, et notamment du recours à des engrais de synthèse, source d’oxyde d’azote, un des gaz à effet de serre les plus puissants.

Jackson SIVULYAMWENGE et Georges KISANDO