Butembo : « Des structures soutenues par des députés perturbent la célébration des activités du 08 Mars », indignation du service urbain du genre

Les activités commémoratives de la journée internationale des droits de la femme se sont bien déroulées en ville de Butembo. Quelques perturbations  ont toutes fois été  créées par des femmes membres des groupes de pression  essentiellement  soutenus par des  députés élus de Butembo.

C’est ce qu’a relaté madame Mabanza Dibi Odile, chef du service urbain du genre, famille et enfants. C’était à la parade de ce lundi qu’elle a fait part de cette indignation. Le chef du service urbain du genre a d’abord remercié tous ceux et toutes celles qui ont travaillé à la réussite de cette journée.

Elle a par ailleurs fustigé le comportement des membres de groupes de pression sponsorisés par des députés, citant nommément les députés Mbindule, Mbenze Yotama et Promesse Matofali. Les femmes membres de ces groupes ont accédé à la salle par la force car s’étant identifiées autrement lors de l’enregistrement en vue de la participation aux activités indique madame Mabanza Dibi.

 « Nous avons reçu quelques cas de menaces des groupes de pression de Furu.  Elles s’étaient enregistrées comme  ‘’Association des mamans de Furu’’ mais elles sont entrés dans la salle comme membre du groupe de pression de Mbindule[Ndlr Parlement Debout de Furu]. Le groupe de Mbenze a également menacé en entrant par force dans la salle… », dénonce madame Mabanza Dibi.   

En état d’ivresse, certaines de ces femmes ont également dérangé les habitants des environs de la salle SIPA, dans laquelle se déroulait l’activité, sollicitant intempestivement et sans respect leurs lieux d’aisance se désole-t-elle. « Pire encore, certaines de ces femmes ont même tabassé deux jeunes filles qui leur ont refusé l’accès à leur lieu d’aisance, elles ont vandalisé leur maison et y ont volé quelques biens dont de l’argent », ajoute-elle.

En réponse, le maire adjoint de Butembo qui a présidé cette parade a promis s’impliqué pour que ces femmes soient identifiés et qu’elles répondent de leurs actes devant la justice. Patrick Tsiko a aussi promis discuté avec les députés sponsors de ces groupes sur leur responsabilité des faits des membres de ces groupes de pression.

Contacté au téléphone de  La Voix de l’UCG, Monsieur Tsongo Léon, leader du Parlement Debout de Furu, rejette ces accusations et fait savoir que cette structure n’a été impliquée dans un quelconque scandale en date du  08 Mars.

Emma KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE