Butembo : deux journées « ville-morte », les organisateurs évaluent positivement la réussite de leur action

La Synergie des mouvements, groupes de pression et corporations syndicales de Butembo est satisfaite de l’observance par la population de deux journées « ville-morte » qu’elle a décrété Jeudi 9 et Vendredi 10 juin dernier pour exiger le retour de la levée de l’état de siège et le retour de la paix à Beni et Ituri.

Marche des militants de la LUCHA
Crédit photo @Georges Kisando

Dans un entretien ce samedi 11 juin avec la Voix de l’UCG, le porte-parole de ce regroupement des mouvements sociaux, Maitre Kule Thatha évalue à 50 % la réussite de cette action. Il attribue ce suivi partiel du mot d’ordre par la faible mobilisation médiatique.

«Il est vrai que notre mot d’ordre a été suivi partiellement, certaines maisons de commerce ont fermé et d’autres ont ouvert. Cette petite faille est due au fait que la sensibilisation et la mobilisation médiatique n’ont pas été suffisantes. Si nous pouvons atteindre 50% de cessation d’activités sans qu’il y ait des barricades sur la voie publique ou sur la chaussée, c’est une réussite », évalue-t-il, parce que, selon lui, très souvent il y a de réussite quand on a barricadé les routes.

« Mais cette fois-ci, il n’y a pas eu d’intimidations ni barricades, ceux qui ont fermé leurs maisons de commerce l’ont fait par conviction », affirme Kule Thatha.

Pour le reste d’actions, la Synergie des mouvements, groupes de pression et corporations syndicales de Butembo ne décolère pas. Elle promet de suivre de près l’incivisme fiscal décrété parmi cette série d’actions.

« Nous ne comprenons pas comment le gouvernement, au lieu de voler au secours des populations meurtries, les populations sinistrées dont les véhicules sont incendiés presque chaque sur les routes à cause de l’insécurité, vienne presser ces mêmes sinistrés par des taxes et impôts. Nous trouvons cela très sadique, on ne prélève pas l’impôt au cimetière ni sur les morts », déclare-t-il.

Vendredi dernier, le maire de Butembo, commissaire supérieur principal Mowa Baeki Telly Roger a condamné l’organisation des journées « ville-morte » affirmant que leurs organisateurs pénalisent plutôt leurs propres frères.    

Jackson SIVULYAMWENGE

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE