Butembo/ paralysie d’activité : difficulté de rembourser les banques, de payer salaire, factures, loyer, des entreprises asphyxiées

Depuis 11 jours maintenant les recettes des entreprises  sont  quasi nulles. Les portes des différentes unités de production restent fermées suite à l’appel des organisations de la société civile et mouvements citoyens qui réclament le départ de la Monusco accusée d’inaction face aux massacres de Beni.

 Parmi les victimes de ces actions citoyennes dont les initiateurs sont divisés sur la levée, les entrepreneurs. L’un d’eux ShauriKigotsiRonal, Directeur Général de Inuka, un bureau d’étude et action pour l’entreprenariat. Détenteur d’un restaurant et d’autres unités de production, ShauriKigotsi redoute des conséquences des journées villes mortes sur l’économie locale.

« Une fois qu’il  y a pas de boulot comment allons-nous supporter les charges qui commencent par le personnel ? Il y a des factures du courant, loyer, eau et  le remboursement des crédits à la banque. Nous sommes entrain de subir des pertes énormes », déplore Shauri Kigotsi.

Tout en solidarisant avec les actions pour exiger le retour de la paix à Beni, Sahuri Kigotsi invite le collectif des organisateurs des manifestations anti- MONUSCO à changer de stratégie. Pour lui, il faut éviter d’affamer la population au risque de la pousser à commettre des actes préjudiciables à l’économie locale dont   de pillages des commerces.  

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE