ESU-Butembo : L’ISTM organise le renforcement des capacités des enseignants sur le système LMD par des experts

L’Institut Supérieur des Techniques Médicales organise des séances de renforcement des capacités des enseignants sur le système LMD. Ce mardi 15 février, le personnel scientifique de cette institution a échangé avec un expert en élaboration des curricula LMD, Monsieur Deogratias Katsuva.

Deo Katsuva Sibongwere est enseignant chercheur à l’institut de médicine tropicale d’Anvers en Belgique. Il est spécialiste en santé publique et en pédagogie de la santé. Il a jusque-là  participé à l’élaboration de 5 curricula, en Guinée, en RDC et en Belgique.

Aux enseignants de l’ISTM, il a expliqué comment se construisent les unités d’enseignements, les crédits, les différentes évaluations, et autres qui concourent à la réalisation de cet enseignement axé sur les compétences. La transition entre l’ancien et le nouveau système n’est pas facile mais au final, le jeu en vaut la chandelle, souligne-t-il.

« Quand il s’agit de la première fois que l’on entre dans le système LMD, il y a beaucoup des question parfois qui restent sans réponse. Ça demande en fait, un accompagnement, parfois qui peut durer plusieurs mois, pour s’assurer que l’équipe qui va mettre en œuvre le système LMD maitrise et trouve des réponses aux différentes questions », dit-il par expérience tout en soulignant que : « L’avantage qu’offre le LMD est qu’il est basé sur l’approche par compétence. Il forme des gens à leurs donnant des capacités en rapport avec le besoin réel des communautés, de terrain, contrairement à l’approche par objectifs

Les enseignants présents ont amplement profité de cette séance mais ils en veulent plus.

« Dans cette première séance, on a éclaircie les zones d’ombre sur l’évaluation, la façon de dispenser cours. Comment nous devons enseigner autrement en priorisant la pratique. Comme vous l’avez constaté, il y a eu trop des questions dans la salle et les gens ont eu des réponses. Apres un mois, la transition entre l’ancien et le nouveau système n’est pas aisée mais il faut des formations pour les étudiants aussi. »

Le Chef de Travaux Paul Matendere, directeur General de l’ISTM souligne que c’est une première séance. Plusieurs spécialistes sont programmés pour un échange non seulement avec les enseignants mais aussi avec les étudiants. Ces derniers qui sont désormais au centre de leur apprentissage.

 

HERVE MUKULU

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE