Kyondo : la facture des soins ramenée à 4 Usd, la population recourt toujours l’automédication

Nombreux habitants de la zone de santé de Kyondo, en territoire de Beni, recourent à l’automédication au lieu de s’orienter vers les structures hospitalières classiques. Pourtant, depuis plusieurs mois, la population de cette zone bénéficie d’une subvention en médicament dans le cadre du financement basé sur la performance, une approche des partenaires du gouvernement dans le secteur de la santé. Curieusement, en dépit de cette gratuité de soins, la population recourt toujours à l’automédication et au tradi-praticiens.

Selon le Superviseur en charge des soins curatifs au Bureau central de la zone de santé de Kyondo, Monsieur Samuel Kolongo, dans tous les centres de santé, l’accès aux soins de santé est facturé entre 2 et 6 dollars par patient.

« La consultation infirmière au niveau du centre de santé coûte 2 dollars si le malade est en ambulatoire. Mais, pour le malade qui est mis en observation, à plus de 2 dollars pour la consultation, on ajoute 4 dollars et ça donne donc un total de 6 dollars quel que soit les médicaments que le malade a reçus », explique-t-il.

Si l’état de santé du patient  ne s’améliore pas, ce dernier est référé vers l’hôpital pour rencontrer le médecin avec seulement 4 dollars pour la consultation et la prise en charge médicale jusqu’à la  guérison.  Mais, en dépit de l’accès presque gratuit aux  soins, la population recourt toujours à l’automédication et au tradi-praticiens, déplore-t-il.

« Malheureusement, nous avons une population qui a plus confiance aux charlatans. C’est comme cela que vous allez constater que le patient, au lieu de suivre la voie que je viens de vous indiquer, lui va s’orienter vers les officines pharmaceutiques pour s’acheter des médicaments de son choix, ou bien lui-même va se fabriquer les décoctions à la maison, il va commencer à les consommer. Ce n’est que quand ça ne va pas que, maintenant, il va finalement se rendre à l’hôpital ou vers le centre de santé dans un état de gravité », déplore Samuel Kolongo.    

 Au niveau de la société civile, on justifie cette situation par le pouvoir d’achat trop bas de la population  de cette zone de santé. Un habitant de Kyondo vit avec moins de 1 dollar par jour, selon les estimations des forces vives.

Jackson SIVULYAMWENGE 

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE