Nord-Kivu/Butembo : les victimes du déguerpissement de Rughenda demandent la mutation des certaines autorités jugées de passivité

Les habitants de Rughenda victimes du déguerpissement ne décolèrent pas face à ce qu’ils considèrent comme une exécution au-delà des limites indiquées dans le jugement qu’exécute le greffe du Tribunal de Grande Instance de Butembo. 

Ce mercredi 22 janvier 2020, ils sont descendus dans les rues dans une marche qu’ils ont dénommée, « marche de la vérité ».

Ils ont été reçus par le maire de la ville. Dans leur mémorandum, ils ont demandé le départ de certains responsables notamment le commandant urbain de la police et le Procureur de la république près le TGI de Butembo.
Scandant des chants exigeants la lumière dans l’affaire « Mboko » qui se réclame propriétaire de ce terrain et en faveur de qui une décision judiciaire a été rendue, les déguerpis de Rughenda sont arrivés à la mairie où ils ont lu et remis leur mémorandum adressé au maire qui est président du conseil de sécurité de la ville. 


« Ils recommandent au conseil provincial de sécurité de s’impliquer pour mettre l’ordre dans le dysfonctionnement de la justice. Et au ministre de la justice d’agir pour que la justice locale cesse » selon eux d’être une source d’insécurité.

Les indignés des déguerpissements de Rughenda demandent également l’interpellation et la mutation du colonel Richard Mbambi, responsable de la police à Butembo et le procureur de la république Valeri Mwali qu’ils accusent de tremper dans ce conflit foncier.


Il faut dire que le maire qui a reçu ce mémorandum a proposé l’institution d’une commission qui comprendra certains membres du comité de sécurité, certains parmi les victimes et les députés élus de Butembo.

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE