Nord-Kivu/Gratuité enseignement de base : certains écoliers quittent les écoles publiques et conventionnées pour les privées

Les enseignements se déroulent normalement dans des  écoles privées  depuis le 04 Octobre 2021, date fixée par le ministère de l’enseignement primaire, secondaire et technique pour la rentrée des classes. Les écoles privées connaissent un afflux des apprenants qui font  défection    des écoles publiques et privées gangrénées par les mouvements de grève. 

Enseignants, élèves et parents se sont réjouit de  la mise en œuvre par  le Président Félix Tshisekedi de la gratuité de l’enseignement de   base  qui est entrée en vigueur en  septembre 2019. On a assisté à  une transhumance des écoliers en quête de la gratuité  des établissements privés vers les établissements supportés par l’Etat. Deux ans après,  à  Butembo, province du  Nord-Kivu,  c’est le mouvement inverse qui s’observe. Plusieurs écoles telle que  l’Institut de l’Avenir de Butembo, IABU connaissent cet engouement.

« Nous avons connu une très bonne croissance des effectifs. L’année passée nous l’avons clôturé avec 600 élèves mais  aujourd’hui nous sommes avec 1200 élèves et l’école risque d’être saturée »,  se félicite-t-il.

Pour monsieur Mumbere Muhunga  Jean-Baptiste, Directeur du Complexe Scolaire JP, fonctionnant en cellule Vuumbi, commune Mususa,  fait savoir que plusieurs parents  comprennent  de plus en plus que les écoles  sont  privées sont crédibles que les écoles publiques.

« Un parent responsable doit se dire au lieu d’attendre la gratuité qui ne viendra jamais tant mieux l’inscrire dans une école privée où les enfants sont entrain d’être encadrés», explique     Mumbere Muhunga  Jean-Baptiste.

Monsieur Christian Sikivahwa, président de la coordination des comités des parents des écoles conventionnées  protestantes appelle le gouvernement de répondre aux revendications des enseignants et instaurer la paix.

« Si les parents ont la paix, ils peuvent vaquer à leurs occupations  et supporter le scolarité de leurs enfants. Le gouvernement doit arrêter le chaos au lieu d’instaurer la gratuité sans mesure d’accompagnement » explique Christian Sikivahwa.

Retenez  que le Syndicat des Enseignants du Congo, SYECO, section urbano rurale de Butembo, en assemblée générale ce lundi 18 octobre 2021 a décidé du durcissement  de son  mouvement de grève.  Une pétition est en circulation pour exiger le remplacement du directeur de la province éducationnelle Nord-Kivu II et son équipe.

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE