Nord-Kivu : « La femme devrait être l’actrice principale dans le processus de la recherche de la paix dans le Grand Nord » (MAGGY PANZA MANENO)

La femme devrait être l’actrice principale dans le processus de la recherche de la paix dans le Grand Nord. C’est ce qu’a dit  Me MAGGY PANZA MANENO, de l’organisation Femmes Juristes pour les droits de la Femme et l’enfant FJDF.

Elle l’a dit au cours d’une conférence en faveur des parents chrétiens catholiques regroupés au sein de  la Commission Pastoral de la Famille COPAF de la paroisse universitaire Saint Cyrille d’Alexandrie de l’UCG ce dimanche 21 mars sous le thème  l’engagement de la femme comme facteur de promotion de la paix au Grand Nord-Kivu.

Dès la naissance de l’enfant, la femme devrait jouer les rôles d’éducatrice familiale, en surveillants les mouvements et les jeux des enfants. Elle devrait inculquer la culture de la non-violence dans  la vie de ses enfants.

« Il y a eu des mécanismes mise en place pour essayer d’intégrer les femmes dans les processus de paix mais qui jusqu’aujourd’hui ; ils n’ont pas encore aboutit puisqu’ il y’a persistance de l’insécurité surtout dans le territoire de Beni.

Et dans tout, on a vu que les femmes n’ont pas été intégrées dans les processus de paix alors que visiblement elles sont victimes et les gens pensent que parler de la paix est une affaire d’hommes et les femmes ne peuvent pas s’y impliquer ; mais nous avons montré que la femme a un grand rôle a jouer. Ainsi nous avons parlé de la femme dans la promotion de la paix au niveau des familles, la femme qui est éducative, elle qui est tout le temps avec les enfants, elle enseigne les enfants, elle éduque les enfants à  la culture de non-violence.»

Les femmes devraient s’unir et mener des actions pour soutenir leurs camarades qui occupent déjà des fonctions dans les pays a-t-elle ajoutée.

Julienne Muhima

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE