Nord-Kivu: le gouverneur militaire appelé à justifier les recettes recouvrées avant de lancer un nouveau bouclage

Aussitôt annoncé, le  bouclage spécial des véhicules pour le recouvrement forcé des taxes et impôts relatifs à la sécurité routière pour l’exercice fiscal 2022 trouve un contestateur.   Me Jimmy Nziali Lumangabo, coordonnateur National de la Génération-Positive  exige au gouverneur  militaire du Nord-Kivu  de dire d’abord à la population ce qu’il fait de l’argent maximisé depuis qu’il est aux affaires.

Depuis l’avènement de l’état de siège, la maximisation des recettes qui n’est pas la principale mission de cette mesure, est tant vantée par ses animateurs et même le Président de la République. L’affectation de ces recettes pose des interrogations au regard de la recrudescence de l’insécurité dans les zones concernées par l’état de siège. Me Jimmy Nzialy appelle au boycott de ces taxes  et de laisser leurs véhicules à la maison en posant la sécurité avant tout bouclage comme préalable.

« Il est incompréhensible d’exiger à la population de payer les taxes alors que les véhicules  de cette même population sont régulièrement incendiés par les ADF sur l’axe Beni-KASINDI-Oicha-Komanda,  etc; sans que même l’Etat ne soit en mesure d’indemniser ceux qui perdent leurs véhicules et marchandises incendiés par les ADF parce que  les autorités sont incapables de les sécuriser, qu’il aille d’abord libérer Bunagana et qu’il mette fin au phénomène 40 voleurs », souligne-t-il.

 

Et d’ajouter, « c’est tellement honteux que des généraux qui sont si nombreux au Gouvernorat et dans la province soient incapables de mettre fin au phénomène 40 voleurs à Goma mais très  souples lorsqu’il s’agit de chercher l’argent ».

 

Pour rappel, dans un communiqué signé par le gouverneur le 10 octobre 2022, il est  y indiqué que  la Province du Nord-Kivu organise un bouclage des véhicules automoteurs en vue du recouvrement forcé des taxes et impôts relatifs à la sécurité routière pour l’exercice fiscal 2022. Il s’agit de la vignette pour véhicules automoteurs qui incorpore l’Impôt sur les Véhicules, la taxe spéciale de circulation routière, le certificat de contrôle technique ainsi que l’Autorisation de Transports des Personnes ou des Biens), la Taxe sur autorisation annuelle de transport interurbain et l’attestation tenant lieu de permis de conduire.

Georges Kisando Sokomeka