Tueries Beni-Ituri: des images violentes gardées dans le téléphone vous exposent à des troubles mentaux

Les personnes qui visualisent les images violentes s’exposent à des troubles mentales. Analyse de madame Léocadie Kabuyaya, psychoclinicienne aux polycliniques ‘Sainte Croix de Mulo’ dans le contexte des tueries à Beni dont les images sont véhiculées par des réseaux sociaux.

Des images des personnes tuées avec cruauté sont régulièrement partagées via le réseau social WhatsApp. Généralement  chaque carnage est illustré par des images violentes  prises par les rescapés, leurs  proches, les services de sécurité voire ceux qui en sont autour pour terroriser davantage les membres de la communauté qui en sont victimes.

La nouvelle selon laquelle il y a eu massacre, on a encore tué 15 personnes, on a tué 50 personnes. C’est déjà un traumatisme que nous portons en nous. Alors quand nous  regardons continuellement, à mon avis, cela ne contribue pas à la prévention des maladies mentales. Les regarder, c’est se traumatiser davantage. Il y a certaine personne, le fait qu’elle a vu les images, elle se souvient de toute les scènes qui se sont passées alors qu’elle commençait à recouvrer son temps de sommeil mais elle va basculer dans des cauchemars”, explique-t-elle.

Leocadie conseille à tout un chacun à se débarrasser des images violentes une fois téléchargées, ou carrément les déplacer dans un support non usuel que le téléphone portable.

Pour rappel, c’est depuis octobre 2014 que le territoire de Beni est en proie à des tueries contre les populations civiles. Une situation  qui s’est étendue par après sur d’autres entités de la province de l’Ituri.

Georges Kisando