Etat de siège : en trois mois plus de 533 civils tués, une moyenne de 6 personnes par jour (LUCHA)

Au  moins 533 personnes ont été tuées dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri depuis l’instauration de l’Etat de siège le 06 Mai 2021, soit une moyenne de six  civils sont  tués par jour.

Un décompte macabre du mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA  présenté ce jeudi 12 août 2021 au cours d’un point de presse animé à Butembo.

Selon la LUCHA, les FARDC sont  toujours rongées par l’affairisme de certains militaires, le manque de soutien logistique et financier conséquent et ne font qu’assister impuissamment aux tueries des civils. Celles-ci  sont entrain curieusement de  s’étendre aux zones géographiques qui étaient jadis calmes tel  le cas de la localité de Kalunguta en territoire de Beni,  déplore la LUCHA.

 Sur le plan du respect des droits de l’homme, la LUCHA constate que les libertés publiques sont carrément mises en veilleuses et toutes les voix discordantes sont vigoureusement réprimées par un puissant arsenal militaire visiblement préparer à taire toute protestation contre la persistance de l’insécurité plutôt que taire l’insécurité elle-même.

Ainsi, la LUCHA appelle les autorités Congolaises à lever l’Etat de siège afin de faire ce qui aurait dû être fait il y a trois mois : une évaluation sans complaisance et avec la participation des populations affectées, afin d’identifier les vrais remèdes aux tueries, à l’insécurité et aux violences armées à l’Est de la RDC et les appliquer. À défaut ou en attendant une levée totale de l’Etat de siège, nous appelons à :

  • Démilitariser complètement les administrations publiques pour permettre à l’armée de concentrer ses efforts spécifiquement sur les opérations militaires et non sur des questions de gouvernance locale ;
  • Rétablir les juridictions civiles dans leur compétence ordinaire et fixer les infractions spécifiques ayant trait à la sécurité pour lesquelles les juridictions militaires seront compétentes conformément à l’article 156 de la constitution ;
  • Mettre en œuvre un vrai programme de démobilisation, désarmement, réinsertion communautaire et éventuellement rapatriement des membres de groupes armés étrangers. La nomination à la tête du programme DDRC de Tommy Tambwe Ushindi Rudima, un rebelle multirécidiviste qui a encore récemment dirigé l’Alliance de Libération de l’Est du Congo, un mouvement armé visant à créer une « République Indépendante du Kivu », est une entorse majeure au processus de pacification de notre pays. Nous appelons à son remplacement.
  • En remplacement de la fainéante force militaire de la MONUSCO, associer aux opérations militaires en cours une entité internationale combattante ayant un mandat et des moyens adéquats pour protéger les civils, neutraliser les groupes armés et poursuivre la réforme du secteur de sécurité ;

Dès la semaine prochaine, la LUCHA promet  lancer une série des manifestations pacifiques à travers le pays, Nord Kivu et Ituri y compris, en vue d’exiger une réponse Etatique plus appropriée à la situation sécuritaire à l’Est de la RDC.

Georges Kisando Sokomeka

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE