Opérations militaires RDC-Ouganda : les victimes des violations antérieures de l’UPDF à Beni et Lubero attendent réparation (Colibri RDC)

Inviter l’Ouganda sur le sol congolais sans aucune réparation des victimes des crimes commis vers les années  2000 en  la République Démocratique du Congo c’est cracher sur les victimes.

Désarroi de Maître Richard Ndekeninge, défenseur des droits humains au sein de l’ONGDH Colibri RDC.  Pour lui,   il est indécent que l’on fasse passer des anciens bourreaux en sauveurs des victimes des affres de la guerre en RDC.

« On sait que l’Ouganda est un agresseur de la RDC. Une agression qui a été constatée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, une agression qui a même été constatée par un arrêt de la Cour Internationale de Justice. Il est reconnu très clairement que l’Ouganda,  non seulement, a agressé le Congo,  mais aussi qu’il a pillé les ressources naturelles de la RDC. Pas loin d’ici chez nous, nous savons que les troupes ougandaises ont tué des gens à Aloya près de Maboya, elles  ont enfermé des gens dans des maisons et ont mis le feu dessus, à Kikere sur la route Butuhe, à Byambwe sur la route Mangorejipa les UPDF ont tué des gens. J’ai beaucoup des chiffres clairement identifiés dans le Rapport Mapping  de ces crimes graves, qui, jusqu’aujourd’hui n’ont pas été réprimés. Les victimes n’ont pas encore reçu réparation. Et qu’aujourd’hui  que le gouvernement présente ces forces là comme sauveurs de ces mêmes victimes, selon moi, cela pose un problème à ce niveau-là », explique-t-il.

Pour rappel, l’Ouganda a été condamné depuis 2005 par la Cour internationale de justice à payer des réparations au profit de la RD Congo pour violation de la souveraineté territoriale de la RDC et des droits de l’homme entre 1998 et 2003.

 

Georges Kisando Sokomeka

 

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE