Ops FARDC UPDF: le dernier communiqué conjoint n’a pas été publié en des termes identiques. Que cache la version française ? (CT Isaac Kivikyavo)

Le communiqué conjoint rendu public par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo FARDC et la Uganda People Defense Forces UPDF n’a pas été publié en des termes identiques dans ses versions française et anglaise. Le communiqué en anglais porte des détails qui sont omis dans le texte français. Ce qui alimente le débat dans certains fora sociaux. La Voix de l’UCG a interrogé un doctorant en science politique à ce sujet. 

‘‘Cette différence qui est nette dans les deux textes peut susciter le doute sur la sincérité et la franche collaboration entre les deux armées engagées dans les opérations conjointes de traque des groupes armés principalement l’ADF’’. C’est le point de vue du Chef de Travaux Isaac Kivikyavo, enseignant en faculté des sciences politiques de l’UCG et doctorant. Pour lui, les deux armées ont besoin de la confiance de la population pour réussir. Mais, un document de ce genre laisse planer le doute, impactant la confiance et ainsi le résultat sur terrain, car par exemple, la population ne peut collaborer que quand elle a confiance estime Isaac Kivikyavo. Il revient ici sur les incohérences constatées dans les deux textes. ‘‘ Déjà le titre pose problème. Dans la version anglaise il y a un sous-titre qui ne figure pas dans la version en français. Un autre problème, c’est au niveau du troisième paragraphe du communiqué en anglais. Il contient un certain nombre d’éléments par rapport au fait qui a précédé. Il s’agit de la saisie à Butembo d’une cargaison d’effets militaires. Ici, on retrace l’itinéraire du conteneur, on dit qu’il est passé à la frontière congolo-ougandaise le 3 janvier, il est arrivé à Butembo le 06 janvier, on décrit le véhicule et son propriétaire, et ces éléments ne sont pas repris dans le communiqué version française’’ relève le CT Isaac. Il s’interroge sur l’intention du traducteur.

Par ailleurs, le chef de travaux Isaac Kivikyavo indique qu’on attend l’armée Ougandaise se déployer suffisamment car les atrocités des rebelles ADF ne se sont pas arrêtées. ‘‘ On attend l’armée Ougandaise se déployer notamment sur le tronçon Beni-Kasindi en secteur Rwenzori, sur le tronçon Beni-Eringeti-Komanda et dans les localités de la province de l’Ituri en difficulté, on les attend se déployer du côté de Mangina, même jusqu’en territoire de Mambasa où se vivent aussi des atrocités des ADF. A ce que je sache, leur déploiement est encore incomplet’’ fait observer le chercheur.

Il est urgent de finir cette guerre pour rétablir la confiance entre la population et son armée mais l’un des éléments sur lesquels devrait s’appuyer  notre armée c’est une communication sans ambiguïté conseille le politologue.

Emmanuel KATERI

WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE